Ce blog rassemble, à la manière d'un journal participatif, les messages postés à l'adresse lemurparle@gmail.com par les personnes qui fréquentent, de près ou de loin, les cafés repaires de Villefranche de Conflent et de Perpignan.
Mais pas que.
Et oui, vous aussi vous pouvez y participer, nous faire partager vos infos, vos réactions, vos coups de coeur et vos coups de gueule, tout ce qui nous aidera à nous serrer les coudes, ensemble, face à tout ce que l'on nous sert de pré-mâché, de préconisé, de prêt-à-penser. Vous avez l'adresse mail, @ bientôt de vous lire...

BLOG EN COURS D'ACTUALISATION...
...MERCI DE VOTRE COMPREHENSION...

lundi 21 octobre 2019

Irène Frachon, héroïne des victimes du Mediator, bête noire de Servier

Irène Frachon, 

héroïne des victimes du Mediator, 

bête noire de Servier 

Par
La pneumologue brestoise a désarmé la défense du laboratoire Servier, producteur du coupe-faim, ce 16 octobre, trois semaines après le début du procès fleuve du Mediator. Irène Frachon a porté haut la voix des victimes, venues en nombre applaudir son témoignage.
En guise de point final de l’exposé scientifique de 3 h 45 de la lanceuse d’alerte Irène Frachon, une salve d’applaudissements des victimes présentes au tribunal de grande instance de Paris ce mercredi 16 octobre pour la soutenir, aussi franche que brève. Et pour cause, la présidente, Sylvie Daunis, y coupe court immédiatement : « Je comprends que vous ayez de l’admiration pour Irène Frachon et que vous soyez très sensibles à son témoignage, mais nous sommes dans une cour de justice, ce n’est pas un spectacle. »

Une admiration unanime qui irrite sur le banc des avocats de la défense de Servier. Le laboratoire répond de « tromperie aggravée » pour avoir « sciemment dissimulé » les propriétés anorexigènes du Mediator ; mais aussi pour « homicides et blessures involontaires », une dernière qualification également retenue contre l’Agence du médicament (Lire aussi Le procès d’un laboratoire et de l’État).

La pneumologue de Brest avait été la première à se faire entendre pour dénoncer les dangers du Mediator, ce coupe-faim déguisé en antidiabétique. C’est la star du procès. Avec elle, les ténors du barreau défenseurs de Servier ne savent plus sur quel pied danser. Et veulent surtout évacuer au plus vite l’unique irruption à la barre de la populaire médecin de 56 ans.

 Irène Frachon, le jour de l’ouverture du procès du Mediator. © Reuters

Elle clôt sa présentation médicale par ces mots : « J’ai essayé de résumer douze ans d’enquête, j’ai échappé de très peu à la tromperie de Servier, cela me donne froid dans le dos de voir à quoi cela à tenu, à quelques indices… Je suis comme les victimes à ce jour, inconsolable. Car il y a des victimes qui ne pourront pas parler ici parce que Servier a acheté leur silence, en conditionnant les indemnisations à ce silence. Il n’y a aucune victime brestoise aujourd’hui. J’espère que ce procès tardif sera au moins utile pour protéger les patients face à la firme Servier. »

Face à ce respect collectif d’une part, et à cette attaque frontale, d’autre part, la défense de Servier envoie Me Nathalie Carrère, peu présente pendant les trois premières semaines d’audience, faire une apparition pour jouer le rôle de la méchante. L’avocate l’interroge sur sa connaissance du déroulé des expertises des victimes dans le cadre des procédures d’indemnisation. Car Irène Frachon avait auparavant rappelé le cas d’une victime, Céférina, dont le stress de l’expertise judiciaire avait provoqué un arrêt cardiaque quelques minutes après.

Ou « ceux dont les propositions d’indemnisation ont été divisées par deux quand Servier estime la victime trop âgée, ceux à qui on a fait comprendre qu’une amputation d’une valve cardiaque ne valait pas une amputation d’une jambe, celle à qui Servier a refusé d’indemniser le préjudice provoqué par l’impossibilité d’avoir un enfant suite à son opération, au motif qu’elle avait pratiqué une IVG pendant sa jeunesse ». Irène Frachon a lâché ces exemples d’une traite, perdant pour la première fois sa voix calme, au bout de près de quatre heures d’audition.

« Avec un laboratoire qui dit et répète à longueur de communiqués de presse aux victimes qu’il les traitera avec gravité, compassion et respect, elles s’attendent à être reçues avec gravité, compassion et respect. Ce n’est pas le cas », a finalement rétorqué Irène Frachon à l’avocate de Servier. Qui, en retour, lui lance deux petites piques. À chaque fois, les victimes, dans le fond de la salle, s’indignent pour soutenir la médecin.

Alors, Servier va tenter d'en finir au plus vite. Les questions de la défense du laboratoire sont condensées en moins d’une heure. On a connu les trois autres avocats de l’entreprise pharmaceutique beaucoup plus inquisiteurs.

Mais mieux vaut ne pas se mettre l’opinion à dos en assaillant la populaire lanceuse d’alerte, sans qui le scandale n’aurait sûrement pas explosé. La pneumologue avait fait le rapprochement entre les graves problèmes pulmonaires de ses patients et le Mediator. Ils sont étrangement similaires à ceux provoqués par l’Isoméride et le Pondéral, deux autres anorexigènes, officiels ceux-là, produits par Servier et retirés du marché en 1997, justement pour leurs graves effets secondaires sur deux organes vitaux, le cœur et les poumons. Laissant le champ libre au seul Mediator, qui passe entre les mailles du filet. Et pour cause, Servier n’a pas demandé l’autorisation de le vendre pour ses propriétés amaigrissantes, mais comme traitement d’appoint pour le diabète.

« La tromperie était presque parfaite, mais j’étais le grain de sable parce que je connaissais les maladies provoquées par l’Isoméride », interpelle devant le tribunal Irène Frachon. « J’ai mis du temps à comprendre qu’il y avait derrière ce scandale des hommes et des femmes qui se sont alliés pour qu’un produit mortel reste commercialisé », témoigne-t-elle. En cause, notamment, Jacques Servier, le patron du laboratoire orléanais décédé en 2014, et d’anciens « agents doubles », responsables de l’Agence du médicament et consultants pour Servier, comme Jean-Roger Claude, qui comparaît aussi dans ce procès, pour  « prise illégale d’intérêts ».

Depuis, « je suis devenue une des meilleures expertes en Mediator, je suis devenue Mediatorologue », se qualifie-t-elle. Et pourtant, les résultats de son étude, élément déclencheur du retrait du coupe-faim en novembre 2009, ont été par la suite « manipulés, falsifiés par l’ensemble des responsables de Servier. Cela m’a horrifiée. Ils les ont transformés pour faire croire que j’avais affirmé que jusqu’en 2009, il n’y avait pas de risque associé au Mediator, dénonce-t-elle. Or un grand nombre de victimes ont été déboutées de leur demande d’indemnisation de ce fait ! »

Veste marron, chemisier blanc, pantalon beige, lunettes sur le nez : ce mercredi, Irène Frachon a revêtu sa tenue d’experte pour rétablir la vérité scientifique, à coups de graphiques et de photos de cœurs brisés par le Mediator. Celui de Marie-Claude, morte en juin 2009 à 50 ans, alors que les autorités sanitaires étaient encore sourdes. Humaniser tout en se montrant impartiale. La dernière fois qu’elle est apparue au tribunal correctionnel de Paris, c’était le 23 septembre, premier jour du procès, rayonnante. Tout sourire, elle serrait dans ses bras les victimes du coupe-faim. Contraste total avec les têtes grises des prévenus, en costume, alignées à la barre ce jour-là.

Trait d’union entre les médias, le monde médical et les patients


Depuis, les blessés du Mediator avaient déserté le palais de justice, perdus par la succession d’expertises. Mais ce 16 octobre, la salle « grand procès » de 250 places est pleine à craquer, comme au premier jour. Hors du prétoire, la même forêt de micros. Irène Frachon avait cependant prévenu, elle ne commente pas le procès pendant son déroulé. Par crainte d’agacer les juges, d’éclipser les victimes, et de les desservir.
 Car elle est fine stratège. Durant l’été, elle accepte une flopée d’interviews, décroche son téléphone aussi bien sur la route que dans un magasin de bricolage le samedi matin, quand sa semaine à l’hôpital a été trop chargée. Elle consent à prendre la lumière, incarner le procès jusqu’au premier jour d’audience, puisqu’elle a réussi à capter l’attention des journalistes à coups de formulations-chocs qui offrent sur un plateau la compréhension des enjeux techniques de ce scandale au « tableau de chasse effarant » provoqué par des « criminels à col blanc ».
 « Nous avions beau dénoncer l’absence d’intérêt thérapeutique et les effets secondaires graves du Mediator depuis des années, nous étions peu entendus. Irène Frachon a réussi à mettre en lumière ce scandale sanitaire », retrace Bruno Toussaint, directeur éditorial de la revue médicale indépendante Prescrire, qui appelle à un retrait du Mediator depuis 1997 et met la puce à l’oreille d’Irène Frachon. Elle joue le rôle de trait d’union entre le monde médical et les patients.

Les victimes, elles, ont pour beaucoup perdu toute foi en les médecins : entre ceux qui leur ont prescrit du Mediator pendant des années, aveugles aux effets indésirables, ceux qui ont nié l’avoir fait après… Certains ne croient plus qu’en une seule, Irène Frachon. Ils le lui ont écrit. Elle a reçu « des centaines de mails et courriers », témoigne-t-elle lors de l’audience.

« Je vous prie cher docteur Frachon de bien vouloir m’excuser de m’adresser seulement à vous seulement je ne sais plus quoi faire. J’ai vu mon médecin référent qui était le prescripteur, seulement pour lui ce n’était pas très grave parce que, à l’âge que j’ai (66 ans), beaucoup de personnes ont les mêmes problèmes », lui a posté une victime du Mediator.

Un extrait de sa lettre est reproduit dans le livre Visages du Mediator (Éditions Prescrire, 2019). Pour ce projet, elle a accompagné le photographe Marc Dantan dans son tour de France des opérés et greffés du cœur, pour cause de Mediator. Les victimes leur ont ouvert grand leur porte.


Bernard Niccoli a refusé les offres d’indemnisation de Servier. © DR

Elle leur ouvre la sienne. La pneumologue parle leur langue, manie l’art de la comparaison mieux que la plupart des blouses blanches. Elle vulgarise le vocabulaire médical, habituellement sacré. Une fois retraité, Bernard Niccoli, 63 ans, a fait ses cartons et a traversé la France en diagonale, depuis la vallée du Rhône, pour emménager en Bretagne. « Je me suis empressé d’aller voir Irène, raconte le jeune retraité. Je voulais la rencontrer. Elle est devenue mon médecin, je vais la voir à Brest une fois par an. » Deux heures de route pour une consultation en toute confiance.
 Une Havraise anciennement sous Mediator a fait un crochet pour saluer Irène Frachon pendant ses vacances dans le Finistère, en juillet. Elle voulait lui demander conseil avant de se constituer partie civile. D’ailleurs, Irène Frachon précise au tout début de son audition qu’elle a été « contactée par de nombreuses victimes qui voulaient des avis médicaux et des conseils, sans aucune contrepartie ni directe ni indirecte. Éventuellement quelques bouquets de fleurs qui m’ont beaucoup touchée ».

La quinquagénaire ne prend plus de congés depuis un an pour se consacrer au procès. « Cela fait même dix ans que je ne prends plus de vraies vacances avec le Mediator, là, c’est officiel ! », nous lançait-elle en plein été ; sans se plaindre aucunement, depuis sa maison suspendue au bout du monde, « avec vue à 180 degrés sur la mer », où elle reçoit les journalistes.

La veille, le 15 octobre, la salle « grand procès » du tribunal s’était déjà animée comme rarement avant l’audition d’Irène Frachon. À sa place à la barre, Georges Chiche, facétieux cardiologue de 67 ans appelé à témoigner. En 1999, il avait signalé le premier cas de valvulopathie sous Mediator seul au centre de pharmacovigilance marseillais, remonté au niveau national à l’Afssaps, l’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, ou « Agence Faite pour Sécuriser la Situation des Anorexigènes Produits par Servier », moque le Marseillais. « L’humour a ses limites », l’avait coupé à deux reprises Sylvie Daunis, la présidente. Irène Frachon, elle, prend garde de ne jamais dépasser les bornes dans le prétoire. Priorité aux victimes oblige.

François De Castro, un des avocats de Servier, cherche la moindre faille. Au point d’interroger Georges Chiche sur les repas que l’industrie pharmaceutique lui a payés, comme à tous les participants de conférences que le cardiologue marseillais donnait : en l’occurrence, onze depuis 2013, pour un montant total de 441 euros, selon EurosForDocs, qui répertorie les déclarations de liens d’intérêts, rendues obligatoires suite au scandale du Mediator tant les conflits d’intérêts, étalés sur la place publique, sont criants.

 Une broutille, surtout en comparaison des 112 450 euros versés par Servier à la société française de cardiologie depuis 2015, l’influence du laboratoire au sein de la société savante ayant été évoquée juste avant. 


 « Madame Frachon m’a appelé pour me dire “attention, tu as des liens d’intérêts qui apparaissaient pour des repas ” », rapporte pourtant le médecin marseillais.

Irène Frachon, en l’occurrence, s’est fait un devoir de couper tout lien d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique depuis que le scandale du Mediator a éclaté. Pour ne donner aucun grain à moudre aux défenseurs de Servier.

samedi 19 octobre 2019

L'Alchimie - L'actu des prochaines semaines

Feuilles d'automne, douces cascades, bruissements colorés...
image
image

L'actualité de l'Alchimie se déroule par ordre chronologique: pour savoir tout / allez jusqu'au bout.
image

Atelier shiatsu

Les samedis 19 octobre et 2 novembre, de 14h45 à 18h.
Plus d'infos en cliquant ICI ou auprès de Laeticia : 06.62.80.56.19

image

Les jeudis de l'Alchimie

Soirée danse avec les fabuleux DJ Tale et DJ Patatas!

Le 24 octobre, de 20h à 23h.
Ambiances électro // pop soul rock. Venez, ça va tourbillonner !
A noter : le 31/10, relâche pour la soirée du jeudi
image

Atelier d'écriture : "Feuilles d'automne, aventures, destinées"

Samedi 26 octobre, de 9h30 à 12h.
Avec Blandine Margoux.
Pour en savoir plus sur Blandine et sur le déroulement de l'atelier, lisez vite cet interview exclusif! (clic sur le lien)
Ps : inscriptions indispensables !

image

A la lumière des fascias

La tenségrité, une approche radicalement nouvelle du mouvement.

Avec Marcel Etienne.
Samedi 26 octobre, de 14h à 17h
Projection d'un documentaire et séance d'auto-étirement des fascias
Plus d'infos ICI

image

Chansons du monde

Dimanche 27 octobre, de 18h à 20h30
! Changement d'horaire !
Plus d'infos ICI
image

Atelier déguisements Halloween

Jeudi 31 octobre, de 17h à 19h
Parents, grand-parents, enfants: apportez tissus, cartons, ciseaux, feutres, maquillage, accessoires,...
L'Alchimie met à disposition sa salle d'activité pour cet atelier collectif auto géré. Bienvenue au matériel (récup') que vous pouvez déposer au café dés à présent.
Plus d'infos? Des propositions? Des envies? Contactez-nous!
image

Finissage expo

Samedi 2 novembre, à 18h
Kobita Sen vous invite pour le finissage de son expo!
image

Laboratoire

Dimanche 3 novembre, de 10h à 12h.
S'adresse à toutes personnes désireuses de pratiquer et de partager sa pratique d'expression (danse, mime, théâtre corporel, clown,...)
Plus d'infos ICI

image

Atelier réparation vélo

Lundi 4 novembre, de 14h à 17h.
Nouveau à  l'Alchimie! Une activité proposée par l'association Vélomotiv66.
Plus d'infos sur velomotiv66.org

image
A bientôt...

Retrouvez-nous au café-resto
Mardi 9h//15h
Jeudi 17h30//23h
Samedi 9h//15h
Et ponctuellement lors des événements !

Copyright © 2019 l'Alchimie
3 Rue de l'Hospice, 66500 Prades, France

vendredi 18 octobre 2019

Invitation conférences/débat pour défendre le Canigou vendredi 25 octobre 16h30 à Taurinya


Pétition à signer pour défendre le Canigou



Bonjour à toutes et à tous (bon dia a totes i a tots),

Nous pouvons nous réjouir du succès remarquable obtenu par notre Manifeste et pétition pour le respect du Canigó et son inscription au patrimoine mondial de l'humanité (près de 13 000 signatures individuelles, le soutien solidaire de nombreuses associations, un millier de témoignages de solidarité...).

Ce résultat nous donne force, motivation et légitimité pour revendiquer et promouvoir des pratiques éco-touristiques, des modalités d'accès et de fréquentation qui soient conformes à notre attachement au site et à sa préservation durable. Une évocation de classement au patrimoine mondial de l'humanité témoigne de la plus haute considération que nous avons pour ce massif insigne. Ce faisant il existe également d'autres mesures de classement moins lourdes, plus accessibles et mieux adaptées aux enjeux de conservation, notamment le classement UNESCO en " réserve de la biosphère ".

L'ONF vient justement d'engager une concertation (restreinte) destinée à définir, en fonction des enjeux socio-économiques, environnementaux et paysagers du territoire du Canigó Grand Site de France, un plan de circulation sur les pistes du versant nord du massif.

Une opposition locale très virulente revendique haut et fort une libre circulation motorisée sur le massif, totalement à contre courant des mesures de restriction et de régulation mises en place par le Syndicat Mixte Canigó Grand Site et ce, conformément aux engagements de préservation du massif  qui ont conditionné l'attribution du label Grand Site de France.

Dans ce contexte d'affrontement sur des modèles antagoniques de développement  et de préservation des espaces naturels  un retour en arrière est à craindre. Au risque de dynamiter la politique courageuse mais encore insuffisante du SMCGS! La perspective de travaux pharaoniques sur la piste du Llec pour une remise en circulation motorisée, sécurisée (?) et confortable (goudronnage) ne fait-elle pas partie des options envisagées par les décideurs-financeurs ?

Il nous paraît indispensable, en cette période de concertation probablement décisive, de prendre l'initiative de donner la parole à deux contributeurs conférenciers qualifiés afin d'éclairer les prises de décision qui vont déterminer durablement l'avenir et la qualité de fréquentation du massif du Canigó.

Venez nombreux le vendredi 25 octobre à la salle polyvalente de Taurinya à partir de 16h30 pour les conférences/débat de Patrice de Bellefon et de Vincent Vlès.
Pour le collectif provisoire,
Antoine Glory




Pétition à signer pour défendre le Canigou



jeudi 17 octobre 2019

Samedi 19 octobre - Rassemblement contre l’usine de bitume dans Perpignan (Pyrénées-Orientales)


Rassemblement 

contre l’usine de bitume 

dans Perpignan (Pyrénées-Orientales)




Le 22 mai 2017, les élus et le président de la Communauté Urbaine de Perpignan ont validé la transformation du document d’urbanisme de Saint-Estève (Plan Local d’Urbanisme). Dans ce cadre, ils ont acté le projet d’extension d’une « gravière existante » sur une zone agricole de 7 hectares de terres maraîchères situées en bordure immédiate de la ville de Perpignan, au sud-est de la commune de Saint-Estève.

Les membres du collectif "Stop à l’usine de bitume dans Perpignan" dénoncent :

- Un mensonge sur l’activité réelle de l’activité : Tout le monde sait très bien que le site concerné n’est pas une « gravière », mais contient surtout un site de production d’enrobés routiers exploité par un conglomérat de 3 sociétés : « Roussillon Enrobés » (filiale du groupe Colas/Bouygues), « Lafarge » et « Durand ». En effet, la première installation d’une centrale d’enrobage sur le site date du 2 janvier 1974, autorisée par arrêté préfectoral. Depuis le site a évolué en accord avec les services de la préfecture par le biais d’arrêtés préfectoraux complémentaires. Le site produit ainsi chaque année actuellement environ 200 000 tonnes d’enrobés bitumineux. Il ne s’agit évidemment pas d’une carrière d’extraction de graviers mais bien d’une activité industrielle classée ICPE. Les habitants ont donc été trompé volontairement par les maires de Perpignan et de Saint-Estève pour le développement d’activités des entreprises multinationales BOUYGUES et LAFARGE.

- La disparition de terres agricoles fertiles : La protection des sols agricoles de grande qualité agronomique en zone périurbaine est désormais une priorité. La chambre d’agriculture a conforté cette analyse par un courrier du 21 novembre 2016 en indiquant que « la création d’un sous-secteur Agr pour le « maintien de la gravière en place » va mettre en péril la production et la pérennité d’une exploitation serriste voisine. Les nuisances déjà constatées s’en trouveraient accrues en particulier l’émission de poussières sur des cultures très sensibles… En conséquence, nous souhaitons que ces parcelles soient classées en zone A afin de préserver les meilleures terres et l’activité agricole présente ».

- L’aggravation de la pollution de l’air pour les habitants de Perpignan : Le directeur de la clinique Saint-Pierre a ainsi saisi le directeur de l’Agence Régionale de la Santé (ARS) le 18 mai 2017 en ces termes : « … cette structure est située à moins de 600 mètres de la clinique et elle va générer une pollution supplémentaire tant au niveau de l’air que des eaux de ruissellement qui sont à proximité d’une des alimentations en eau potable de la ville… ». Évidemment, les populations résidentes à proximité dans plusieurs quartiers de la ville sont logés à la même enseigne que les personnes hospitalisées dans cet établissement. Pourtant, la pollution de l’air est devenu un critère important de santé publique. Les endroits pollués font souvent l’objet d’une dépréciation de la valeur de l’immobilier.

- Une menace de pollution des eaux superficielles et du fleuve la Têt : La zone d’implantation de l’usine actuelle, et son projet d’extension, est située en zone inondable, classée en zones R1 et R2 dans le PPRI de 1994. Est-il sérieusement possible d’imaginer l’extension d’une zone de production et de stockage d’enrobés bitumeux à proximité d’un fleuve côtier à proximité de la méditerranée ? Comment prendre le risque d’une véritable marée noire en cas de forte crue ?

- Un risque aggravé de pollution des eaux souterraines et de l’eau potable : Un forage d’eau potable alimentant les habitants de Perpignan se trouve au milieu du projet d’extension et à proximité directe de l’usine actuelle (forage prioritaire Els Horts, arrêté préfectoral 2012130-0016). Comment peut-on imaginer l’extension d’une usine de production et de stockage d’enrobés pétroliers sur une zone stratégique et prioritaire de captage d’eau potable ?

Pour tous ces motifs, les membres du collectif et les signataires de la présente pétition exigent :

- L’abandon de ce projet d’extension qui n’a pas sa place en périphérie d’une zone très urbanisée,

- La réalisation d’un audit indépendant sur les risques et nuisances de l’installation existante sur la santé publique et la qualité de l’air, de l’eau souterraine et les milieux aquatiques,en vue du démantèlement des installations existantes,

- Le maintien et le développement d’une agriculture de qualité à proximité du centre urbain par la création d’emplois et l’installation de jeunes producteurs pour alimenter les circuits de restauration collective locale,

- La consultation citoyenne des habitants sur les sujets qui impactent l’environnement, la santé et la qualité de vie à Perpignan.

Rassemblement et journée d’action le 19 octobre 2019 sur le site de l’usine

Nous avons besoin de toutes les bonnes volontés pour nous aider à mettre en place et réussir ce rassemblement pour l’abandon de ce projet néfaste à tout point de vue.

Contacts : stopbitumeperpignan@gmail.com

Facebook : Évènement du 19 octobre

Membres du collectifs :

* Associations, collectifs et syndicats : Als Horts, Alternatiba 66, ANV-COP21, ASPAHR, Collectif AntiOGM66, ATTAC France, Collectif Cebta, Collectif Le vent tourne, Confédération Paysanne, Conseil Citoyen du Bas-Vernet, En Commun 66, FRENE 66, Gilets Jaunes du 66, Gilets Jaunes France Gilets Jaunes du 34, Jeunesse écologique révolutionnaire, Jeunes pour le climat, Jeunes Agriculteurs 66, La piraterie à roulettes, Les feuilles qui froissent, Saint-Hippolyte Environnement, Extinction Rébellion, ...

* Organisations politiques : EELV 66, France Insoumise, Génération-s, Nou-s Perpignan, NPA 66, PCF 66, PG 66, PS 66, ...

* Habitants et citoyens de Perpignan, de Saint-Estève, des alentours :

Lire aussi : https://www.change.org/p/jean-marc-...

4 lieux de rassemblements sont programmés à partir de 10 heures, afin d’effectuer plusieurs marches et de se rassembler sur un terrain mis à disposition par un agriculteur sur le site.


• 1. Collège La garigole (Saint Assiscle) – marche jusqu’au rond-point de l’usine pour rassemblement à 11 heures (20 minutes de marche).

• 2. Avenue Louis Torcatis - pont Arago (Bas vernet) – marche ou vélo jusqu’au rond-point de l’usine pour rassemblement à 11 heures (20 minutes de marche).

• 3. Chez Pierre, 12 chemin du pont des jardins (Saint Estève) – marche ou vélo jusqu’au rond-point de l’usine pour rassemblement à 11 heures (20 minutes de marche).

• Directement au rond point du bitume, stationnement le long du cami dels horts.

Rassemblement sur le rond-point du bitume de 11 heures à midi.
Repas tiré du sac sur le terrain de Pierre de midi à 14 heures.
Prises de paroles et scène ouverte de 14 heures à 17 heures.
Concert et projections en soirée, restauration, buvette.


Documents disponibles

  Sans titre


Source : https://reporterre.net/Rassemblement-contre-l-usine-de-bitume-dans-Perpignan