Ce blog rassemble, à la manière d'un journal participatif, les messages postés à l'adresse lemurparle@gmail.com par les personnes qui fréquentent, de près ou de loin, les cafés repaires de Villefranche de Conflent et de Perpignan.
Mais pas que.
Et oui, vous aussi vous pouvez y participer, nous faire partager vos infos, vos réactions, vos coups de coeur et vos coups de gueule, tout ce qui nous aidera à nous serrer les coudes, ensemble, face à tout ce que l'on nous sert de pré-mâché, de préconisé, de prêt-à-penser. Vous avez l'adresse mail, @ bientôt de vous lire...

BLOG EN COURS D'ACTUALISATION...
...MERCI DE VOTRE COMPREHENSION...

vendredi 24 juin 2016

Prades - Mardi 28 juin à 21h au Lido... Changement de programme...

Mardi 28 juin à 21h, 

les Ciné-rencontres vous proposent le film :

  ''Kaili Blues'' de Bi Gan.

SYNOPSIS

A Kaili, dans la province de Guizhou en Chine, deux médecins s'ennuient dans une petite clinique. Mais un jour, l’un d’entre eux, Chen Shen, décide de respecter la dernière volonté de sa mère décédée et s’embarque pour un périple en train à la recherche de l’enfant que son frère a abandonné. Sa collègue de la clinique, une vieille dame seule, lui demande d’apporter une vieille photo, une chemise et une cassette à son ancien compagnon, gravement malade. En cours de route, Chen passe par la petite ville de Dangmai. Il s’y arrête et y fait l’expérience de vivre son passé, le présent et l’avenir... 
 
Première par Gérard Delorme
La forme, fluide et d’une virtuosité discrète, évoque un flux de conscience plus ou moins onirique, commenté par un monologue intérieur surréaliste. Un vrai trip, à la fois dépaysant mais étrangement familier. 
 
Positif par Jean-Dominique Nuttens
C'est tout l'effet que produit "Kaili Blues", dont on sort débarrassé de la pesanteur des choses et en regardant différemment le monde. 
 
Le Monde par Jacques Mandelbaum
Une nature morte, une digression accidentelle, un fragment de discours poétique, une bifurcation intempestive se logent souvent entre les deux extrémités de ce qui aurait dû être une droite et qui se révèle un rébus merveilleux. 
 
Libération par La rédaction
C’est avant tout une magnifique méditation sur le temps qui passe et sur ce que peut en faire le cinéma, comment il le tord et le malaxe, et semble toujours trouver de nouvelles manières de le remonter. 
 
Les Inrockuptibles par Serge Kaganski
Ce plan-séquence somnambulique est la plus belle incise poétique que le cinéma ait à nous offrir ces temps-ci (avec "The Assassin" de HHH), un sortilège dont les effets perdurent après la projection, comme si le cinéma mélancolique de Jia Zhangke était infusé par le bonneteau temporel de la fin de "2001 : l’odyssée de l’espace".

TELERAMA

Lumière clignotante de néon sur le mur écaillé d'un dispensaire, puis sur une terrasse, la nuit. Deux médecins en blouse blanche, une vieille dame et un homme, échangent quelques mots. Elle s'inquiète de l'entendre tousser. « Seuls les morts ne tombent pas malades », lui répond-il. Deux minutes se sont à peine écoulées et l'on est déjà certain de tenir un vrai cinéaste : harmonie de la composition, réserve mystérieuse, acuité du regard. Le médecin, héros opaque et taciturne, qui a naguère fait de la prison pour avoir été à la solde des triades, travaille, fume, rêve. Un jour, il quitte la ville et part dans une région reculée, à la recherche de son neveu et d'un inconnu dont il a juste une photo. Trame elliptique où s'esquissent pourtant trois histoires de couple et de générations. Il s'agit surtout d'un voyage à travers le pays et le temps. Une errance réaliste et poétique. Des vers sibyllins en voix off (« Quand les roses absorbent la lumière, la terre en est tout imprégnée ») ponctuent le film, lui donnent sa respiration. 
 Des souvenirs sous forme de flash-back voisinent avec des songes. Le présent, le passé et le futur se confondent même dans un morceau de bravoure impressionnant : un plan-séquence d'une quarantaine de minutes, où la caméra ne quitte pas le héros, serpente avec lui sur une route montagneuse puis entre les bicoques d'un village un peu fantôme, emboîte le pas d'une jeune fille, qui ira assister sur l'autre rive d'un fleuve, à un concert rock en plein air... Mouvement fluide, étrange, qui dénote une inspiration évidente, un sens intuitif de la mise en scène, proche de Hou Hsiao-hsien (dont The Assassin est à l'affiche), maître déclaré de ce jeune cinéaste très prometteur de 27 ans. — Jacques Morice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire