Ce blog rassemble, à la manière d'un journal participatif, les messages postés à l'adresse lemurparle@gmail.com par les personnes qui fréquentent, de près ou de loin, les cafés repaires de Villefranche de Conflent et de Perpignan.
Mais pas que.
Et oui, vous aussi vous pouvez y participer, nous faire partager vos infos, vos réactions, vos coups de coeur et vos coups de gueule, tout ce qui nous aidera à nous serrer les coudes, ensemble, face à tout ce que l'on nous sert de pré-mâché, de préconisé, de prêt-à-penser. Vous avez l'adresse mail, @ bientôt de vous lire...

BLOG EN COURS D'ACTUALISATION...
...MERCI DE VOTRE COMPREHENSION...

mercredi 22 juillet 2015

Documentaire : 'La terre en morceaux' ou comment disparaissent les terres agricoles



A voir ou revoir, La terre en morceaux - documentaire

Un pan de la France meurt en silence. Alors que la ville avance et apporte le béton, les terres agricoles disparaissent à grande vitesse : l'équivalent d'un département français est rayé de la carte tous les sept ans – 26 m2 par seconde selon le syndicat des jeunes agriculteurs ! Cette raréfaction coïncide avec celle des petites exploitations familiales, prises en tenailles entre le développement des zones urbaines et la croissance exponentielle d'exploitants investissant à tout va. L'hypothèse d'une agriculture financiarisée et sans agriculteurs se dessine.

Auteur de nombreux documentaires consacrés au monde paysan (Les terriens, Les bêtes, La maison neuve, La pluie et le beau temps), Ariane Doublet a voulu comprendre les raisons d'un tel désastre. En Normandie, dans le département de la Seine-Maritime, la réalisatrice est partie interroger des agriculteurs, des élus, un aménageur-lotisseur, une maître d'ouvrage de la communauté d'agglomération havraise… 
Tous se disputent la terre. 
Éclairant et détaillant parfaitement les mécaniques à l'œuvre dans ce combat inégal, La terre en morceaux est aussi un film poignant. Puissant par son absence de commentaires et son rythme lent, il laisse s'exprimer la détresse des "petits" exploitants, avalés par les grandes exploitations ou expropriés par l'État. Face à eux, les pouvoirs publics, incapables d'esquisser la moindre politique d'urbanisme cohérente, brillent par leur incurie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire